Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

erkin-mousaiev.jpg

Erkin Moussaïev a été libéré après 11 ans d’incarcération injustifiée

Erkin Moussaïev, un ancien fonctionnaire ouzbek et employé de l’ONU, qui a été torturé puis incarcéré injustement par les autorités, a écrit une lettre de remerciements à Amnesty International suite à sa libération anticipée de prison mi-août.

Erkin Moussaïev avait été condamné à 20 ans de prison en 2007 à l’issue d’une série de procès manifestement iniques. Il était accusé d’espionnage pour le compte d’un pays membre de l’OTAN non cité, et de détournement de fonds de l’ONU. Sa condamnation était basée sur des aveux qu’il a été forcé de signer après que des agents des services de sécurité ont menacé sa famille.

Indignés par l’injustice de son incarcération sans procès équitable, des milliers de sympathisants d’Amnesty International ont agi pour Erkin Moussaïev, en demandant sa libération dans le cadre de la campagne Écrire pour les droits 2014.

Désormais libre, il a écrit une lettre pour remercier personnellement les militants d’Amnesty International qui se sont mobilisés pour lui :

« Je souhaite exprimer ma plus profonde gratitude envers tous les militants d'Amnesty International et toutes les personnes qui nous ont soutenus, moi et ma famille, dans ces moments difficiles. Ma libération est effectivement une grande victoire à laquelle vous avez contribué de manière inestimable.

« Je souhaite souligner qu’après l’arrivée des lettres de soutien des militants, l’attitude de l’administration de la colonie pénitentiaire envers moi a changé. Le personnel de la colonie a commencé à me traiter avec plus de soins, et j’ai été transféré vers des tâches moins difficiles.

« Mon père a déclaré qu’après la campagne d’Amnesty International, l’attitude de la communauté internationale au sujet de mon affaire a également changé. Encore une fois, je tiens à remercier Amnesty International et tous les militants de votre organisation.

« Je souhaite ajouter que ce n'est que le début de la victoire, car cette campagne a fait naître espoir et force chez les autres détenus emprisonnés injustement et leur famille. De nombreuses personnes dans cette zone [la colonie pénitentiaire] ont également pu voir notre combat. Vous avez donné espoir à ces personnes. Ce n'est en réalité pas seulement ma victoire, c'est aussi celle de toutes les personnes qui ont été condamnées injustement. Un grand merci pour tout ce que vous avez fait pour moi. »

Erkin.

  Related articles

Soudan. Libération de Mudawi Ibrahim Adam, incarcéré à tort pendant huit mois

  30.8.2017   Soudan

En réaction à la libération du défenseur soudanais des droits humains Mudawi Ibrahim Adam et à l’abandon de toutes les charges qui pesaient sur lui, Sarah Jackson, directrice adjointe du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré : « Cet horrible chapitre est désormais clos, et c’est un grand soulagement. Mudawi Ibrahim Adam, qui était un prisonnier d’opinion, est de nouveau libre et a retrouvé sa famille.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.

Philippines. Les homicides de mineurs se poursuivent sans relâche

  6.9.2017

Réagissant à la découverte, dans la ville de Gapan, du corps sans vie de Reynaldo de Guzman, un adolescent de 14 ans porté disparu depuis près de trois semaines, le directeur d’Amnesty International pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique, James Gomez, a déclaré : « Combien faudra-t-il de morts de mineurs aux Philippines pour qu’il soit mis fin à cette violence terrible et cruelle ? La famille de Reynaldo de Guzman a dû endurer l’angoisse de sa disparition, puis une douleur indescriptible lorsque son corps a été découvert, criblé de coups de couteau et la tête enveloppée de ruban adhésif. Il ne s’agit pas d’un cas isolé ni d’une erreur, mais du dernier exemple en date d’une série d’exécutions illégales qui ont coûté la vie à plus de 50 mineurs et à des milliers d'autres Philippins.

Cambodge. La fermeture d'un quotidien témoigne du durcissement de la répression

  4.9.2017   Cambodge

Les autorités cambodgiennes ont fermé le 4 septembre le plus ancien quotidien de langue anglaise du pays, ce qui témoigne d'un durcissement inquiétant de la répression visant les détracteurs du gouvernement en cette période pré-électorale, a déclaré Amnesty International. La veille de la fermeture, Kem Sokha, leader de l'opposition, a été arrêté pour des accusations mensongères.