Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

twitter_infographic_welcome.jpg

Les gouvernements ne sont pas en phase avec les citoyens sur la question des réfugiés, révèle un nouveau sondage

Près des trois-quarts des jeunes autour du monde se disent prêts à accueillir des réfugiés dans leur pays.

Un nouveau sondage publié par la World Economic Forum (WEF) sur l’attitude des jeunes envers les réfugiés révèle que les gouvernements ne sont pas en phase avec leurs citoyens, a déclaré Amnesty International lundi 28 août 2017.

Selon l'enquête annuelle de Global Shapers, la vaste majorité (72,6 %) des personnes interrogées âgées entre 18 et 35 ans se disent prêtes à accueillir des réfugiés dans leur pays. Plus d'un quart – 27,3 % – déclarent qu'elles les accueilleraient même sous leur propre toit.

« Les gens qui fuient les violences et les persécutions dans le monde ont maintes fois vu les portes se refermer devant eux, les gouvernements des pays riches affirmant qu'ils ne peuvent pas les aider. Les recherches de la World Economic Foundation montrent que les jeunes ne sont pas cet avis et sont consternés par l'attitude insensible de leurs dirigeants, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.

« Près de deux ans après que la photo d'Alan Kurdi a choqué le monde entier, de nombreux gouvernements ne se montrent toujours pas à la hauteur de leurs timides engagements en matière de réinstallation et 2017 s'annonce comme l'année la plus meurtrière pour les migrants et les réfugiés qui traversent la Méditerranée. Pourtant, ce n'est pas une fatalité : bien trop souvent, ce sont les lois et les politiques qui sont les principaux obstacles aux réactions d’empathie des simples citoyens. »

En 2016, Amnesty International a publié son propre sondage dans le cadre de sa campagne J'accueille !, selon lequel quatre personnes sur cinq se disaient prêtes à accueillir des réfugiés dans leurs pays. Les résultats du sondage de la World Economic Foundation montrent que peu de choses ont changé.

À la question de savoir ce que les gouvernements doivent faire au sujet des réfugiés, plus de la moitié des personnes interrogées (55 %) ont répondu qu’ils devraient « tenter d'intégrer les réfugiés dans la main d'œuvre nationale ». Seuls 3,5 % estiment qu’ils devraient les « expulser ».

Il est à noter qu’aux États-Unis, 85 % des jeunes affirment qu'ils accueilleraient des réfugiés dans leurs pays, soit une augmentation de plus de 10 % par rapport à l'enquête de l'an dernier.

« Cela dément l'assertion de Donald Trump, persuadé que sa rhétorique haineuse anti-réfugiés fait écho à l’opinion de la population américaine. Il est encourageant de constater que nombre de jeunes résistent aux propos toxiques du président Donald Trump – et il est vital que leurs voix soient entendues », a déclaré Salil Shetty.

La campagne J'accueille ! d'Amnesty International continue de mobiliser le public afin de demander aux États d'en faire davantage pour accueillir les réfugiés. Dans le cadre de cette campagne, Amnesty International et Sofar Sounds organiseront des concerts dans plus de 200 villes autour du globe le 20 septembre en soutien aux droits des réfugiés. Baptisée Ouvrons la porte, cette série de concerts réunira des artistes majeurs comme Ed Sheeran et des réfugiés musiciens, qui donneront des concerts secrets dans le salon de citoyens ordinaires.

Cette date marque l'anniversaire du Sommet des dirigeants sur les réfugiés du 20 septembre 2016 à New York, où les dirigeants du monde ont pris des engagements qui sont bien en-deçà des besoins pour faire face à la crise mondiale des réfugiés. 

  Related articles

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.