Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

usa-police-protestor.jpg

© © Alamy/REUTERS/Jonathan Bachman

Amnesty International États-Unis. Autoriser les forces de l’ordre au niveau local à se doter d’équipements militaires est une grave erreur

En réaction aux déclarations du procureur général Jeff Sessions au sujet de la volonté du président Donald Trump de revenir sur un décret du président Barack Obama limitant les équipements militaires pouvant être utilisés par les forces de l’ordre au niveau local, Justin Mazzola, chercheur à Amnesty International États-Unis, a publié la déclaration suivante :

« Le décret du 28 août est une grave erreur et pourrait favoriser la répétition des violations des droits humains auxquelles nous avons assisté par le passé. Les policiers doivent être équipés en vue de protéger la sécurité de la population et de désamorcer les conflits, mais cette mesure va au contraire les équiper pour un champ de bataille et faire monter les tensions.

« À Ferguson, Amnesty International a vu la force de police locale, armée jusqu'aux dents avec des équipements de type militaire, faire face à la foule de manifestants incluant des personnes âgées et de jeunes enfants. Nous ne pouvons permettre qu’une telle situation se reproduise. Le président Trump doit revenir sur ce décret immédiatement. »

Dans un rapport de 2015 intitulé On the Streets of America: Human Rights Abuses in Ferguson, traitant de la réponse de la police face aux manifestants à Ferguson, dans l'État du Missouri, Amnesty International a directement abordé la question des armes de type militaire aux mains des forces de l’ordre locales et de leur impact sur les manifestations pacifiques.

  Related articles

Genève. Alors que le commerce mondial des armes est en plein essor, des États donnent le feu vert à des accords irresponsables et nuisibles

  11.9.2017

Des diplomates se rencontrent à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. Plusieurs pays enfreignent sans doute les obligations du traité en concluant des accords irresponsables. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie comptent parmi les États qui fournissent des armes à des gouvernements responsables d'atteintes aux droits humains.

République démocratique du Congo. Le gouvernement doit tenir sa promesse d’éliminer le travail des enfants dans les mines d'ici 2025

  1.9.2017   Congo

En réaction à l'engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d'éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d'ici 2025, Seema Joshi, responsable de l'équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré : « Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l'éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S'il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.