Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

222005_greece-europe-migrants_01.jpg

Empêcher l’entrée des réfugiés dans les Balkans est discriminatoire

La nouvelle ligne de conduite consistant à refouler des gens en raison de leur nationalité bafoue les droits fondamentaux des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Todor Gardos

À la suite des attentats de novembre à Paris, les gouvernements croate, macédonien et serbe rendent encore plus difficile le voyage des réfugiés et des migrants qui se rendent en Europe. Des contrôles frontaliers draconiens ont été mis en place presque simultanément et, pire, ces contrôles ne sont fondés que sur la nationalité des gens : seuls les Afghans, les Irakiens et les Syriens ont été autorisés à passer, plusieurs milliers de personnes se retrouvant abandonnées à leur sort.

On ne sait pas si ces mesures ont été délibérément coordonnées, mais il ne fait aucun doute que le fait d’empêcher aléatoirement des gens d’entrer en Europe en raison de leur pays d’origine est discriminatoire, et que les expulsions collectives constituent une violation des droits des réfugiés et des demandeurs d’asile. Il s’agit là d’un nouvel exemple de l’échec des États européens et limitrophes, incapables de gérer la crise des réfugiés dans le respect des droits humains tout en permettant à ces personnes de se mettre en sécurité dans la dignité.

Contrairement aux propos xénophobes dangereux qui se multiplient depuis les attentats de Paris, sécuriser les frontières de l’Europe et garantir la sécurité des Européens comme celle des réfugiés et des migrants ne sont pas des objectifs incompatibles.

Il faut aujourd’hui créer des itinéraires sûrs et légaux menant à l’Europe pour les milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile abandonnés à ses frontières, tout en renforçant le suivi des entrées sur le continent par l’intermédiaire de processus solides, équitables et rigoureux. La situation chaotique que vivent les réfugiés et les migrants aux frontières de l’Europe, confrontés à des conditions d’accueil déplorables, n’a que trop duré, et il est inadmissible que des procédures d’identification des personnes vulnérables n’aient toujours pas été mises en place.

Les dirigeants européens ne peuvent pas adopter la politique de l’autruche quand des gens s’échouent sur leurs plages, puis s’en prendre arbitrairement à eux en prétextant la sécurité et en supposant, à tort, que les obligations des États en matière d’asile ne s’appliquent pas à toutes les nationalités.

En quelques jours, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées bloquées à la frontière gréco-macédonienne, dans des conditions très difficiles, ce qui a réduit à néant les promesses d’étroite coopération formulées récemment dans les Balkans, et en Europe de manière générale, dans le but d’améliorer la sécurité et l’accès à l’asile. En signe de contestation, des Iraniens ont entamé une grève de la faim et se sont cousu les lèvres alors qu’ils s’étaient retrouvés livrés à eux-mêmes dans le village d’Idomeni, situé à la frontière grecque.

Les autorités grecques ont renforcé la présence policière, mais n’ont pas apporté d’aide humanitaire comme elles y sont tenues. Elles ont laissé des bénévoles et des ONG, aux ressources extrêmement limitées, s’occuper de ces gens. La Grèce ne fournissant pas de protection satisfaisante, les réfugiés et les migrants sont contraints de poursuivre leur dangereux périple vers d’autres États de l’UE.

Le statut de réfugié est accordé à une personne en fonction de sa situation individuelle, aucun pays d’origine ne peut être qualifié de « sûr ». Tous les États ont le droit de contrôler leurs frontières, mais le refoulement d’une personne aux frontières des Balkans sur la base de sa nationalité, et sans que soit analysée sa situation individuelle, est illégal. En outre, cette approche risque d’exclure de fait des milliers de personnes dont la demande d’asile est fondée. Les dirigeants de l’UE n’ont pas condamné ces nouvelles mesures aux frontières, tandis que le président du Conseil européen, en tournée dans la région, a insisté à plusieurs reprises sur l’obligation conjointe de sécuriser les frontières extérieures.

Les violences et les conflits qui poussent des gens à rejoindre les frontières européennes ne sont pas prêts de cesser. L’Europe doit trouver les moyens de protéger celles et ceux qui en ont besoin. La mise en place de voies d’accès légales et sûres à une véritable protection en Europe (y compris la réinstallation, la réunification des familles et la délivrance de visas humanitaires) permettrait aux autorités d’identifier les personnes en amont de leur voyage et de satisfaire aux exigences à la fois d’humanité et de sécurité. L’UE pourrait également créer des conditions d’accueil satisfaisantes et dignes pour les demandeurs d’asile, et établir des procédures d’asile qui soient efficaces et équitables, entre autres mesures concrètes.

L’absence de solidarité à l’égard de celles et ceux qui cherchent refuge en Europe – souvent, après avoir fui les mêmes violences déshumanisantes dont nous avons été témoins à Beyrouth, à Bamako, à Paris et à Tunis ce mois-ci – reviendrait à abdiquer lâchement ses responsabilités et marquerait une victoire tragique de la peur sur l’humanité.

Todor Gardos est responsable de campagne d’Amnesty International pour les Balkans.

  Related articles

Les réfugiés rohingyas ne doivent pas être renvoyés de force dans leur pays

  4.10.2017   Myanmar [Birmanie] , Bangladesh

La communauté internationale doit contribuer à ce qu'aucun réfugié rohingya ne soit renvoyé de force au Myanmar tant que ces réfugiés risquent d'y subir de graves violations des droits humains en raison de la campagne de nettoyage ethnique menée par l'armée, a déclaré Amnesty International le 4 octobre.

Myanmar. La réaction officielle des autorités face à la crise dans l'État d'Arakan est « inadmissible »

  7.9.2017   Myanmar [Birmanie]

La déclaration du bureau de la dirigeante du pays, Aung San Suu Ky, selon laquelle le gouvernement défend toutes les personnes dans l'État d'Arakan « de la meilleure manière possible » est inadmissible, a déclaré Amnesty International le 6 septembre 2017.

L'ANASE doit se mobiliser afin de faire face à la crise des Rohingyas

  6.10.2017   Myanmar [Birmanie]

Les dirigeants de l'Asie du Sud-Est doivent prendre de toute urgence des mesures afin de remédier aux graves violations des droits humains dont sont victimes les Rohingyas au Myanmar, écrit Amnesty International dans une lettre adressée au président de l'Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

Myanmar. Les restrictions imposées à l'aide internationale mettent en péril la vie de milliers de personnes

  4.9.2017   Myanmar [Birmanie]

Les restrictions imposées par les autorités du Myanmar à l'aide internationale dans l'État d'Arakan mettent en péril la vie de dizaines de milliers de personnes, dans une région où la population majoritairement rohingya subit déjà de terribles atteintes aux droits humains dans le cadre d'une campagne militaire disproportionnée, a déclaré Amnesty International le 4 septembre 2017.