Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

148084_noose_08.jpg

Un dignitaire chiite faisait partie des 47 personnes exécutées par l’Arabie saoudite en un seul jour

Les autorités saoudiennes ont fait preuve d’un mépris total pour les droits humains et la vie en mettant 47 personnes à mort au cours de la même journée, a déclaré Amnesty International samedi 2 janvier.

Figurait parmi les personnes exécutées Nimr Baqir al Nimr, un dignitaire religieux chiite, qui a été déclaré coupable à l’issue d’un procès politique et inique devant le Tribunal pénal spécial. À l’exception de cet homme et de trois militants chiites, les autres personnes avaient été reconnues coupables d’implication auprès d’Al Qaïda.

« Les autorités saoudiennes ont indiqué que les exécutions avaient pour but de combattre la terreur et de préserver la sécurité. L’exécution de Nimr al Nimr en particulier semble indiquer qu’elles recourent également à la peine de mort sous couvert de lutte antiterroriste afin de régler des comptes et d’écraser la dissidence », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Nimr al Nimr a critiqué haut et fort le gouvernement saoudien, et était au nombre de sept militants dont la condamnation à mort a été confirmée il y a quelque temps. Ils avaient tous été arrêtés pour avoir participé à des manifestations dans la province de l’Est, majoritairement chiite, en 2011, et pour avoir réclamé une réforme politique.

« Il s'agit d'une journée particulièrement sanglante lorsque les autorités saoudiennes exécutent 47 personnes, dont certaines ont manifestement été condamnées à mort à l’issue de procès contraires aux normes d’équité les plus élémentaires. Appliquer la peine de mort lorsque l’équité d’un procès suscite de sérieux doutes est une injustice aux effets irréversibles. Les autorités saoudiennes doivent prendre en considération le flot croissant de critiques internationales et mettre fin à cette frénésie d’exécutions », a déclaré Philip Luther.

Ali al Nimr, le neveu de Nimr al Nimr, Abdullah al Zaher et Dawood Hussein al Maroon, également condamnés à mort en raison de leur participation à ces manifestations, étaient tous mineurs au moment de leur arrestation. Tous trois continuent à risquer d’être exécutés d’un moment à l’autre, après avoir été déclarés coupables à l’issue de procès iniques, et affirmé avoir été soumis à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements.

« À titre de première étape, il faut supprimer la menace de l’exécution qui pèse actuellement sur des personnes condamnées pour des "crimes" commis quand elles étaient mineures. »

Le droit international prohibe le recours à la peine de mort contre les personnes âgées de moins de 18 ans.

L'Arabie saoudite compte depuis longtemps parmi les pays du globe qui exécutent le plus grand nombre de prisonniers. Entre janvier et novembre 2015, les autorités saoudiennes ont mis à mort au moins 151 personnes, soit le nombre d’exécutions le plus élevé enregistré en l’espace d’un an depuis 1995.

Dans de nombreux cas où les accusés encourent la peine capitale, ils ne sont pas autorisés à consulter un avocat et sont parfois reconnus coupables sur la base d'« aveux » arrachés sous la torture ou les mauvais traitements.

Amnesty International est opposée à ce châtiment en toutes circonstances, indépendamment des questions relatives à la culpabilité ou à l’innocence et quels que soient l'accusé, le crime commis et la méthode d’exécution.

  Related articles

Bosnie-Herzégovine. Dernière chance de justice pour plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre

  12.9.2017   Bosnie Herzégovine

Un quart de siècle après le début du conflit, plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine n'ont toujours pas obtenu justice, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.