Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

1159274-homme-chaise-roulante-pousse-ami.jpg

Union européenne. Les réformes en matière d’asile doivent améliorer la situation des réfugié-e-s sur le terrain

Les propositions de réforme du système d’asile avancées par la Commission européenne mercredi 6 avril doivent être l’occasion de parvenir à une répartition plus équitable et à de meilleures conditions pour les réfugié-e-s au sein de Europe, a déclaré Amnesty International.

« Il serait indéfendable que les réformes proposées aient pour but essentiel de maintenir le statu quo. Conserver un système dans le cadre duquel 50 000 réfugié-e-s se sont retrouvés livres à eux-mêmes en Grèce dans des conditions éprouvantes relève de la folie », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International. « Il ne faut pas qu’il s’agisse d’une nouvelle occasion manquée de répondre véritablement aux difficultés auxquelles sont confrontés les réfugié-e-s arrivant en Europe. »

« Il est tout à fait injuste d’attendre des pays européens se trouvant en première ligne, qui éprouvent déjà des difficultés à faire face à cette crise, qu’ils en assument la charge la plus lourde tandis que d’autres ne remplissent pas leur rôle de soutien aux réfugié-e-s et aux pays qui les accueillent. »

« Les propositions en faveur d’un partage accru des responsabilités parmi les pays de l’UE vont globalement dans la bonne direction - mais il est possible que de nombreux risques s’y nichent, en particulier si elles reposent en grande partie sur des sanctions et des mesures de coercition. »

« Lorsqu’il s’agit de créer une procédure d’asile commune, il existe un danger réel que l’accent soit mis sur un nivellement par le bas, dans l’objectif de rendre l’UE inaccessible aux demandeurs et demandeuses d'asile. Il faut résister à cette tentation. »

Amnesty International estime que toute réforme du système d’asile européen doit respecter le droit d’asile, garantir que les demandeurs et demandeuses d’asile soient équitablement répartis entre tous les États membres de l’UE, que leurs droits fondamentaux soient respectés et qu’ils soient véritablement accueillis et intégrés au sein de la population

  Related articles

La face cachée des voitures électriques : l'exploitation par le travail

  28.9.2017   Congo , Royaume-Uni

Le gouvernement écossais a récemment annoncé son intention d'éliminer, d'ici 2032, les véhicules essence et diesel. D'ici 2040, les seules voitures qui circuleront sur les routes du Royaume-Uni seront également électriques, et les bornes de recharge auront remplacé les stations d'essence. Aux États-Unis, Elon Musk a annoncé le lancement de sa Tesla Model 3, dont il espère bien faire la première voiture électrique grand public du monde.

L'inflation des exécutions en Arabie saoudite se poursuit avec une 100e mise à mort

  2.10.2017   Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes ont encore exécuté un homme le 2 octobre, ce qui porte à 100 le nombre total de condamnés qui ont été mis à mort depuis le début de l'année 2017, avec 60 exécutions recensées au cours des trois derniers mois seulement, a déclaré Amnesty International.

Catalogne. Amnesty International dénonce un recours excessif à la force lors du référendum du 1er octobre

  2.10.2017   Espagne

Des observateurs d'Amnesty International confirment que des équipements antiémeutes ont été utilisés de manière dangereuse et inappropriée et que des personnes sans défense et n'opposant aucune résistance ont été frappées. L'organisation demande l'ouverture dans les plus brefs délais d'une enquête approfondie et impartiale sur ces événements.

Les réfugiés rohingyas ne doivent pas être renvoyés de force dans leur pays

  4.10.2017   Myanmar [Birmanie] , Bangladesh

La communauté internationale doit contribuer à ce qu'aucun réfugié rohingya ne soit renvoyé de force au Myanmar tant que ces réfugiés risquent d'y subir de graves violations des droits humains en raison de la campagne de nettoyage ethnique menée par l'armée, a déclaré Amnesty International le 4 octobre.