Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

compressed_poland.jpg

Pologne. Le projet de loi antiterroriste porte atteinte aux droits humains

Le gouvernement polonais a présenté au Parlement, mercredi 11 mai, un projet de loi antiterroriste visant à consolider les pouvoirs de l'Agence polonaise de sécurité intérieure. Nourrissant l'espoir que le texte serait adopté au 1er juin 2016, le gouvernement n'a pas consulté d'organisations de la société civile, notamment de défense des droits humains. Face à ce projet de loi, Julia Hall, spécialiste du contre-terrorisme et des droits humains au sein d'Amnesty International, a déclaré :

" Le gouvernement polonais essaie de faire adopter dans la précipitation un projet de loi antiterroriste dangereux qui accorderait des pouvoirs apparemment illimités à ses services de renseignement sans autoriser le contrôle démocratique de leurs opérations. Le Parlement doit rejeter ce projet de loi et demander à ce qu'un mécanisme de contrôle efficace soit mis en place en vue de veiller au respect des droits humains. "

Le projet de loi comporte notamment des dispositions permettant d'interdire des rassemblements et des manifestations publiques, instaure de longues périodes de détention provisoire et prévoit des mesures discriminatoires visant les étrangers en Pologne. S'il venait à être adopté, il conférerait en outre à l'Agence de sécurité intérieure de nouveaux pouvoirs lui permettant d'accéder aux données détenues par quasiment n'importe quel service gouvernemental et des sociétés privées.

  Related articles

Genève. Alors que le commerce mondial des armes est en plein essor, des États donnent le feu vert à des accords irresponsables et nuisibles

  11.9.2017

Des diplomates se rencontrent à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. Plusieurs pays enfreignent sans doute les obligations du traité en concluant des accords irresponsables. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie comptent parmi les États qui fournissent des armes à des gouvernements responsables d'atteintes aux droits humains.

République démocratique du Congo. Le gouvernement doit tenir sa promesse d’éliminer le travail des enfants dans les mines d'ici 2025

  1.9.2017   Congo

En réaction à l'engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d'éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d'ici 2025, Seema Joshi, responsable de l'équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré : « Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l'éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S'il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.