Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

compressed_omar_bashir_01.jpg

Ouganda. Le président Omar el Béchir doit être arrêté et remis à la CPI

L'Ouganda doit immédiatement arrêter le président soudanais Omar el Béchir et le remettre à la Cour pénale internationale (CPI), a déclaré Amnesty International le 12 mai 2016. Omar el Béchir, qui fait partie des personnes recherchées par le CPI, est arrivé à Kampala dans la matinée du 12 mai pour assister à la prestation de serment du président Yoweri Museveni.

" L'Ouganda doit respecter ses obligations internationales et arrêter Omar el Béchir qui est recherché pour génocide, a déclaré Muthoni Wanyeki, directrice régionale du bureau Afrique de l'Est, Corne de l'Afrique et Grands lacs à Amnesty International.

" En tant que signataire du Statut de Rome, l'Ouganda a l'obligation absolue de le remettre à la CPI. S'il refuse de le faire et se soustrait ainsi à son devoir, il trahira les centaines de milliers de personnes qui ont été tuées ou déplacées au cours du conflit au Darfour. "

Le Conseil de sécurité de l'ONU a saisi la CPI de la situation dans la région du Darfour, au Soudan, en 2005. Des mandats d'arrêt sont émis contre le président Omar el Béchir depuis 2009 pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés perpétrés au Darfour entre 2003 et 2008.

Dans un arrêt rendu récemment, la Cour suprême de l'Afrique du Sud a qualifié de " honteuse " l'attitude des autorités sud-africaines, qui se sont abstenues d'arrêter le président Omar el Béchir alors qu'elles y étaient tenues au titre des dispositions de la législation sud-africaine mettant en œuvre le Statut de Rome, quand ce dernier s'est rendu à Johannesburg pour assister au Sommet de l'Union africaine en juin 2015.

En mars 2010, le Parlement ougandais a adopté le projet de loi relatif à la Cour pénale internationale, qui a entièrement incorporé dans la législation ougandaise les dispositions relatives à la CPI. Ce texte prévoit également l'arrestation de suspects et leur remise à la CPI. Quand il s'est exprimé devant l'Assemblée des États parties à la CPI en novembre 2015, le représentant de l'Ouganda a affirmé sans équivoque que son pays apporte son " soutien à la Cour pénale internationale dans son combat contre l'impunité " et que " cet engagement reste ferme ". Cependant, l'Ouganda a parfois aussi exprimé des critiques à l'égard de la CPI.

" Il ne faut pas permettre au président Omar el Béchir d'échapper plus longtemps encore à la justice, a déclaré Muthoni Wanyeki.

" Le gouvernement du président Museveni doit prendre maintenant les mesures nécessaires pour l'arrêter et veiller à ce que le prochain avion qu'il prendra le conduise directement à La Haye, où la justice l'attend. "

  Related articles

Bosnie-Herzégovine. Dernière chance de justice pour plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre

  12.9.2017   Bosnie Herzégovine

Un quart de siècle après le début du conflit, plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine n'ont toujours pas obtenu justice, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.