Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

compressed_maria_teresa.jpg

Salvador. La libération d'une femme emprisonnée après une fausse couche est une victoire pour les droits humains

La décision judiciaire du 20 mai de libérer une femme qui a passé quatre années en prison au Salvador pour avoir fait une fausse couche est une grande victoire pour les droits humains, a déclaré Amnesty International.

María Teresa Rivera, 33 ans, a été incarcérée en 2011 et condamnée à 40 ans de prison pour " homicide avec circonstances aggravantes ", après avoir fait une fausse couche.

" La libération de María Teresa est un nouveau pas vers la justice dans un pays où les femmes sont traitées comme des citoyens de seconde zone, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d'Amnesty International.

" Elle n'aurait jamais dû passer une seule seconde derrière les barreaux. Sa libération doit être le catalyseur d'un changement au Salvador, où des dizaines de femmes sont incarcérées en raison d'une loi anti-avortement ridicule, qui met la vie de milliers de femmes et de jeunes filles en danger. "

María Teresa a été arrêtée dans un hôpital ; sa belle-mère l'avait retrouvée évanouie dans sa salle de bains, saignant abondamment. Le personnel hospitalier l'a signalée à la police et l'a accusée d'avoir avorté.

Durant le procès, l'un des chefs de Maria Teresa a témoigné contre elle, affirmant qu'elle savait qu'elle était enceinte en janvier 2011. Or, cela voudrait dire qu'elle était enceinte de 11 mois au moment de sa fausse couche. Ce témoignage a pourtant été retenu à tire de preuve contre Maria Teresa.

Elle a été libéré le 20 mai, un juge ayant statué que les éléments de preuve n'étaient pas suffisants pour prouver les charges retenues contre elle.

Depuis une modification du Code pénal en 1998, l'avortement au Salvador est illégal en toutes circonstances - même lorsque la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste, ou lorsque la vie de la femme est en danger. Cette modification a débouché sur des poursuites injustifiées et un détournement de la loi pénale, qui fait que les femmes sont immédiatement présumées coupables. Celles qui disposent de faibles ressources économiques sont particulièrement touchées par cette interdiction.

  Related articles

Genève. Alors que le commerce mondial des armes est en plein essor, des États donnent le feu vert à des accords irresponsables et nuisibles

  11.9.2017

Des diplomates se rencontrent à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. Plusieurs pays enfreignent sans doute les obligations du traité en concluant des accords irresponsables. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie comptent parmi les États qui fournissent des armes à des gouvernements responsables d'atteintes aux droits humains.

République démocratique du Congo. Le gouvernement doit tenir sa promesse d’éliminer le travail des enfants dans les mines d'ici 2025

  1.9.2017   Congo

En réaction à l'engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d'éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d'ici 2025, Seema Joshi, responsable de l'équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré : « Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l'éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S'il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.