Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

226712_former_congolese_rebel_warlord_and_democ.jpg

© ED OUDENAARDEN/AFP/Getty Images

Cour pénale internationale. L'affaire Bemba marque une avancée historique pour les victimes de violence sexuelle dans les conflits

À l'annonce de la condamnation le 21 juin 2016 de Jean-Pierre Bemba Gombo par la Cour pénale internationale (CPI) à 18 ans de prison (moins le temps déjà passé en détention), des porte-parole d'Amnesty International sont disponibles pour répondre aux questions.

Le verdict suit la condamnation par la CPI au mois de mars de Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis en République centrafricaine - meurtres, viols et pillages notamment.

" L'arrestation, la condamnation et le verdict visant Jean-Pierre Bemba adressent un signal fort : ceux qui commettent des crimes relevant du droit international seront au bout du compte tenus pour responsables de leurs actes, a déclaré Stephen Cockburn, directeur régional adjoint pour l'Afrique centrale et de l'Ouest à Amnesty International.

" Cela fait aussi clairement savoir que l'impunité pour les violences sexuelles utilisées comme arme de guerre ne sera pas tolérée et que les commandants militaires doivent prendre toutes les mesures nécessaires afin d'empêcher leurs subordonnés de commettre de tels crimes. S'ils s'en abstiennent, ils auront des comptes à rendre. "

  Related articles

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.