Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

mosque_burma.jpg

© ©Asia Times

Myanmar. Il faut enquêter sur la destruction violente d’une mosquée

Les autorités du Myanmar doivent mener dans les meilleurs délais une enquête indépendante, approfondie, transparente et impartiale sur la destruction violente de bâtiments faisant partie d'une mosquée jeudi 23 juin dans la région de Bago (centre du Myanmar), a déclaré Amnesty International.

" Il faut que les autorités agissent rapidement pour montrer qu'elles traitent avec sérieux ce type d'agissements visant les musulmans et d'autres minorités religieuses. Cet acte doit donner lieu à une enquête immédiate et indépendante, les personnes soupçonnées d'y avoir participé doivent être traduites en justice et les victimes doivent bénéficier de recours utiles, notamment de réparations ", a déclaré Rafendi Djamin, directeur du programme Asie du Sud-Est et Pacifique d'Amnesty International.

Le 23 juin, une foule de personnes non identifiées a partiellement détruit une mosquée et ses annexes à Thuyethamain, un village de la région de Bago. Selon les informations reçues par Amnesty International, cette attaque a eu lieu à la suite d'un contentieux concernant un bâtiment en construction sur le terrain de la mosquée.

Un homme musulman a été blessé au cours de ces événements. Il est actuellement soigné à l'hôpital pour des blessures à la tête. Les autorités ont depuis rétabli le calme sur place, mais certains villageois musulmans ont fui par peur et n'osent pas retourner chez eux.

" Le fait de ne pas enquêter ni amener les responsables présumés à rendre des comptes enverrait un message inquiétant, à savoir que les attaques visant des minorités religieuses peuvent continuer en toute impunité ", a déclaré Rafendi Djamin.

Ces dernières années, le Myanmar a connu une augmentation inquiétante de l'intolérance religieuse, souvent alimentée par des groupes nationalistes bouddhistes radicaux, en particulier à l'encontre de la population musulmane. Ces sentiments ont aussi été attisés par le manque de détermination de l'ancien gouvernement à enquêter efficacement sur des cas de violence similaires.

" Le nouveau gouvernement doit condamner cette attaque et les autres attaques commises contre des minorités religieuses, et faire clairement comprendre que ces violences sont passibles de poursuites pénales et ne seront pas tolérées. Il doit également condamner sans équivoque toute incitation à la haine, à la violence et à la discrimination, et prendre des mesures concrètes pour protéger les droits de toutes les personnes au Myanmar, quelle que soit leur religion ", a déclaré Rafendi Djamin.

  Related articles

L'inflation des exécutions en Arabie saoudite se poursuit avec une 100e mise à mort

  2.10.2017   Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes ont encore exécuté un homme le 2 octobre, ce qui porte à 100 le nombre total de condamnés qui ont été mis à mort depuis le début de l'année 2017, avec 60 exécutions recensées au cours des trois derniers mois seulement, a déclaré Amnesty International.

Catalogne. Amnesty International dénonce un recours excessif à la force lors du référendum du 1er octobre

  2.10.2017   Espagne

Des observateurs d'Amnesty International confirment que des équipements antiémeutes ont été utilisés de manière dangereuse et inappropriée et que des personnes sans défense et n'opposant aucune résistance ont été frappées. L'organisation demande l'ouverture dans les plus brefs délais d'une enquête approfondie et impartiale sur ces événements.

Thaïlande. L’intransigeance des autorités en ce qui concerne les réfugiés met des milliers de personnes en danger

  28.9.2017   Thaïlande , Myanmar [Birmanie]

Les autorités ne doivent pas renvoyer de force les Rohingyas qui fuient les violences au Myanmar. Des réfugiés sont renvoyés vers des pays où ils sont persécutés. La Thaïlande doit offrir aux réfugiés un statut juridique officiel et une protection.

La face cachée des voitures électriques : l'exploitation par le travail

  28.9.2017   Congo , Royaume-Uni

Le gouvernement écossais a récemment annoncé son intention d'éliminer, d'ici 2032, les véhicules essence et diesel. D'ici 2040, les seules voitures qui circuleront sur les routes du Royaume-Uni seront également électriques, et les bornes de recharge auront remplacé les stations d'essence. Aux États-Unis, Elon Musk a annoncé le lancement de sa Tesla Model 3, dont il espère bien faire la première voiture électrique grand public du monde.