Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

228688_refugee_crisis_-_the_island_of_chios_.jpg

© Giorgos Moutafis

Commission européenne. Les propositions sur la réinstallation et l'asile visent à renforcer les remparts de la forteresse Europe

L'ensemble de nouvelles propositions rendu public par l'Union européenne (UE) le 13 juillet risque d'entraîner un recul de la protection fondamentale des personnes réfugiées et en quête d'asile, a déclaré Amnesty International.

Le cadre de réinstallation à l'échelle de l'UE qui est proposé ferait de la réinstallation un outil de contrôle des migrations, au lieu de l'utiliser pour apporter une réelle assistance aux réfugiés en situation de vulnérabilité. De plus, les mesures prévues par trois propositions de réforme du système d'asile de l'UE visent à accroître le nombre de personnes réfugiées et en quête d'asile renvoyées dans des pays n'appartenant pas à l'UE.

" Les propositions rendues publiques par la Commission le 13 juillet ne visent pas à améliorer la protection des réfugiés dans le monde, mais à réduire le nombre d'arrivées irrégulières en Europe. Elles utilisent de bons outils, tels que la réinstallation, mais à de mauvaises fins ; elles contiennent de belles paroles, mais celles-ci masquent des intentions cyniques, a déclaré Iverna McGowan, directrice du Bureau d'Amnesty International auprès des institutions européennes.

" Avec ces propositions, la Commission cherche en réalité à réinstaller certains réfugiés pour pouvoir en renvoyer un grand nombre hors de l'UE. Compte tenu de l'absence de disposition mentionnant la nécessité d'accroître sensiblement le nombre de réinstallations et de consacrer de très importants moyens aux conditions d'accueil des réfugiés dans les pays tiers, ces propositions risquent très fortement d'avoir un impact négatif sur la protection des réfugiés dans le monde. "

  Related articles

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.

Les États qui procèdent à des exécutions sont une minorité de plus en plus isolée

  10.10.2017

Les États qui maintiennent et appliquent la peine de mort sont de plus en plus isolés et doivent prendre des mesures afin de rejoindre la tendance mondiale, a déclaré Amnesty International le 10 octobre 2017, à l'occasion de la 15e Journée mondiale contre la peine de mort.

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Bosnie-Herzégovine. Dernière chance de justice pour plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre

  12.9.2017   Bosnie Herzégovine

Un quart de siècle après le début du conflit, plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine n'ont toujours pas obtenu justice, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.