Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

turkey_phot_coup.jpg

© AFP/Getty Images

Turquie. La purge au sein des médias menace la liberté d'expression

La répression généralisée déclenchée par la tentative de coup d'État se poursuit en Turquie et Amnesty International craint que les purges soient étendues dans le but de censurer les médias et les journalistes, en particulier ceux qui se montrent critiques envers la politique du gouvernement.

" Nous assistons à une répression d'une envergure exceptionnelle en Turquie à l'heure actuelle. S'il est compréhensible, et légitime, que le gouvernement souhaite enquêter et punir les responsables de cette tentative de coup d'État sanglante, il doit néanmoins se conformer à l'état de droit et respecter la liberté d'expression ", a déclaré Andrew Gardner, spécialiste de la Turquie au sein d'Amnesty International.

" Le peuple turc est encore sous le choc des événements du week-end et il est essentiel que la liberté de la presse et la libre circulation de l'information soient protégées, et non étouffées. "

Amnesty International a appris que les autorités avaient arbitrairement bloqué l'accès à plus de 20 sites d'information sur internet dans les jours qui ont suivi la tentative de coup d'État. Le 19 juillet, de très nombreuses sources ont signalé que le gouvernement avait retiré leur licence à 25 organes d'information dans le pays. En outre, 34 journalistes ont vu leur carte de presse annulée et un mandat d'arrêt a été délivré contre au moins une journaliste pour sa couverture de la tentative de coup d'État.

Amnesty International exhorte les autorités turques à respecter les droits humains et à ne pas imposer de restrictions arbitraires à la liberté d'expression.

  Related articles

Cambodge. La fermeture d'un quotidien témoigne du durcissement de la répression

  4.9.2017   Cambodge

Les autorités cambodgiennes ont fermé le 4 septembre le plus ancien quotidien de langue anglaise du pays, ce qui témoigne d'un durcissement inquiétant de la répression visant les détracteurs du gouvernement en cette période pré-électorale, a déclaré Amnesty International. La veille de la fermeture, Kem Sokha, leader de l'opposition, a été arrêté pour des accusations mensongères.

Un militant des droits humains arrêté par les forces de sécurité palestiniennes pour des commentaires postés sur Facebook

  4.9.2017   Territoires palestiniens , Israël

L'arrestation le 4 septembre d'un défenseur palestinien des droits humains qui a critiqué les autorités palestiniennes sur Facebook est une atteinte à la liberté d'expression, a déclaré Amnesty International.

Catalogne. Amnesty International dénonce un recours excessif à la force lors du référendum du 1er octobre

  2.10.2017   Espagne

Des observateurs d'Amnesty International confirment que des équipements antiémeutes ont été utilisés de manière dangereuse et inappropriée et que des personnes sans défense et n'opposant aucune résistance ont été frappées. L'organisation demande l'ouverture dans les plus brefs délais d'une enquête approfondie et impartiale sur ces événements.

Bahreïn. Depuis un an, le gouvernement réprime durement toute dissidence

  7.9.2017   Bahreïn

Le rapport rendu public par Amnesty International le 7 septembre 2017 dévoile les méthodes répressives utilisées par le gouvernement bahreïnite au cours de l'année écoulée pour écraser la société civile et réprimer avec violence les manifestations, ce qui s'est traduit par la mort de six personnes, dont un enfant.