Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

recep_tayyip_erdogan.jpg

© Recep Tayyip Erdoğan Wikimedia Commons

Turquie. Réponse au discours du président Recep Tayyip Erdoğan contestant les résultats des recherches d’Amnesty International

Réagissant aux déclarations du président turc Recep Tayyip Erdoğan, qui contestait, mardi 2 août, la validité des résultats des recherches d'Amnesty International indiquant que des personnes placées en détention à la suite de la tentative de coup d'État en Turquie avaient été rouées de coups et torturées, Salil Shetty, secrétaire général de l'organisation, a déclaré :


" Amnesty International a condamné, dès le départ et à de nombreuses reprises, les violences commises par les auteurs du coup d'État avorté du 15 juillet. L'organisation a encouragé le gouvernement turc à traduire les responsables en justice.


" Dans le même temps, Amnesty International a vivement recommandé aux autorités de respecter l'État de droit et les droits de tous les détenus. Le gouvernement doit libérer toutes les personnes qui ne sont pas sérieusement soupçonnées d'avoir commis une infraction prévue par la loi.


" Les informations faisant état de graves violations des droits humains, recueillies sur le terrain par une équipe d'Amnesty International, sont préoccupantes. Elles ont été obtenues lors d'entretiens poussés, menés avec des avocats, des médecins, des proches et une personne témoin d'actes de torture dans un lieu de détention.


" Le nombre d'individus touchés par la répression en cours en Turquie est affolant. Il serait terrible que certaines avancées obtenues avec difficultés, comme la lutte contre la torture, viennent à être perdues. "

Amnesty International a pu s'entretenir avec le gouvernement et espère poursuivre le dialogue.

Amnesty International est une organisation impartiale et indépendante qui dispose de nombreux bureaux et équipes de recherches à travers le monde, y compris en Turquie, où une équipe a enquêté sur le terrain pour ce rapport. Notre travail repose fondamentalement sur des recherches impartiales et fiables.

L'organisation renouvelle son appel pour que des observateurs indépendants puissent rencontrer sans délai les détenus dans tous les lieux de détention.

Amnesty International va continuer à recueillir des informations sur les atteintes aux droits humains en Turquie, comme partout ailleurs dans le monde.

  Related articles

L'ANASE doit se mobiliser afin de faire face à la crise des Rohingyas

  6.10.2017   Myanmar [Birmanie]

Les dirigeants de l'Asie du Sud-Est doivent prendre de toute urgence des mesures afin de remédier aux graves violations des droits humains dont sont victimes les Rohingyas au Myanmar, écrit Amnesty International dans une lettre adressée au président de l'Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Bahreïn. Depuis un an, le gouvernement réprime durement toute dissidence

  7.9.2017   Bahreïn

Le rapport rendu public par Amnesty International le 7 septembre 2017 dévoile les méthodes répressives utilisées par le gouvernement bahreïnite au cours de l'année écoulée pour écraser la société civile et réprimer avec violence les manifestations, ce qui s'est traduit par la mort de six personnes, dont un enfant.

Iran. Mobilisation pour stopper la destruction de la fosse commune des victimes du massacre de prisonniers en 1988

  4.9.2017   Iran

Les autorités iraniennes doivent mettre un terme à la destruction d'une fosse commune dans la ville d'Ahvaz, dans le sud du pays, a déclaré Amnesty International le 4 septembre. L’organisation lance une campagne afin de leur demander de protéger le site, où sont enterrés des dizaines de prisonniers tués lors d'une vague d'exécutions extrajudiciaires en août et septembre 1988.