Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

ban_ki_moon.jpg

© SAJJAD HUSSAIN/AFP/Getty Images

Échec lamentable des négociations pour le Sommet de l’ONU sur les réfugiés

Les dirigeants mondiaux ont laissé passer une occasion unique de résoudre la crise mondiale des réfugiés, a déclaré Amnesty International mercredi 3 août, à l'issue des négociations très décevantes pour un nouvel accord des Nations unies concernant les réfugiés.

Dans la nuit du 2 au 3 août, les États membres des Nations unies réunis à New York ont arrêté définitivement le document final, fort édulcoré, qui sera adopté lors d'une réunion de haut niveau des Nations unies organisée le 19 septembre pour faire face à la crise des réfugiés. Le pacte mondial concernant les réfugiés qui avait été proposé par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon n'y figure pas, et ne sera désormais pas adopté avant 2018.

" En proie à la crise des réfugiés la plus grave de ces 70 dernières années, les dirigeants mondiaux n'ont pas assumé leurs responsabilités, a déclaré Charlotte Phillips, conseillère sur la question des droits des migrants et des réfugiés auprès d'Amnesty International.


" La réunion de haut niveau de septembre constituait une occasion historique de trouver une solution mondiale indispensable à la crise des réfugiés. Au lieu de saisir cette occasion, les dirigeants mondiaux ont reporté à 2018 toute possibilité d'accord, tergiversant autour de décisions capitales alors que des réfugiés périssent en mer ou croupissent dans des camps, sans aucun espoir dans l'avenir.


" Cependant, ce n'est pas parce qu'ils ont échoué à adopter un accord que les gouvernements s'en tirent à bon compte. Les États ne peuvent continuer à se soustraire à la responsabilité qui leur incombe d'aider les personnes fuyant la guerre et les persécutions. "

  Related articles

L'ANASE doit se mobiliser afin de faire face à la crise des Rohingyas

  6.10.2017   Myanmar [Birmanie]

Les dirigeants de l'Asie du Sud-Est doivent prendre de toute urgence des mesures afin de remédier aux graves violations des droits humains dont sont victimes les Rohingyas au Myanmar, écrit Amnesty International dans une lettre adressée au président de l'Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Nouvelles explosions de mines terrestres : les Rohingyas sont délibérément pris pour cibles

  10.9.2017   Myanmar [Birmanie]

Deux explosions de mines terrestres le 10 septembre, dont une a emporté la jambe d'un jeune homme, portent à trois le nombre de sites recensés où les autorités du Myanmar ont posé des mines aux passages frontaliers qu'empruntent les Rohingyas fuyant les violences, a déclaré Amnesty International.

Myanmar. La réaction officielle des autorités face à la crise dans l'État d'Arakan est « inadmissible »

  7.9.2017   Myanmar [Birmanie]

La déclaration du bureau de la dirigeante du pays, Aung San Suu Ky, selon laquelle le gouvernement défend toutes les personnes dans l'État d'Arakan « de la meilleure manière possible » est inadmissible, a déclaré Amnesty International le 6 septembre 2017.