Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

group_of_refugees.jpg

© © Amnesty International

L'anniversaire de la mort par noyade d'Alan Kurdi souligne une situation honteuse persistante

Alors qu'une année s'est écoulée depuis que les photos montrant le corps du petit Alan Kurdi, mort par noyade, ont déclenché une vague d'indignation à travers le monde, les dirigeants mondiaux n'ont toujours pas pris de mesures adéquates pour faire face à la crise des réfugiés, a déclaré Amnesty International le 31 août.

En commémorant l'anniversaire de la mort d'Alan, le 2 septembre, l'organisation veut attirer l'attention sur le sort des milliers d'autres enfants réfugiés abandonnés à leur sort parce que les dirigeants mondiaux ne prennent pas les mesures adéquates pour résoudre la crise des réfugiés. En juillet, les négociations en amont du sommet de l'ONU sur les réfugiés et les migrants du 19 septembre ont abouti au gel du " nouveau pacte mondial sur le partage des responsabilités concernant les réfugiés " proposé par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, jusqu'en 2018.

" Comme si les images montrant le corps sans vie d'Alan, qui ont déshonoré le monde, n'étaient pas suffisantes, un an après, les dirigeants mondiaux refusent toujours d'agir. Les États ont déjà laissé passer une occasion de trouver une solution à la crise lors du sommet du 19 septembre, qui va apparemment aboutir à un résultat bien en deçà de ce qui est nécessaire. Ce qui se profile, c'est un nouveau conclave de dirigeants mondiaux multipliant les déclarations creuses alors qu'un nombre croissant d'enfants souffrent, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.

" Tant que les pays riches n'assumeront pas une plus grande responsabilité par rapport à la crise, et n'accueilleront pas une part plus équitable des personnes qui fuient la guerre et les persécutions, ils condamneront des milliers d'autres enfants à risquer leur vie lors d'un voyage dangereux ou à être pris au piège dans des camps de réfugiés sans aucun espoir d'avenir. "

" La vague de sympathie attristée qu'a suscité la mort du petit Alan Kurdi l'an dernier doit s'étendre aux innombrables autres enfants réfugiés qui ont absolument besoin d'une aide. Les gouvernements gèrent la crise des réfugiés en protégeant mesquinement leurs propres intérêts, comme si les personnes qu'ils représentent étaient incapables d'empathie pour les êtres humains n'appartenant pas à leur propre communauté. Il est grand temps que nous nous sentions tous personnellement concernés par la crise des réfugiés et que nous montrions à nos dirigeants que voulons accueillir les réfugiés. "

  Related articles

Philippines. Les homicides de mineurs se poursuivent sans relâche

  6.9.2017

Réagissant à la découverte, dans la ville de Gapan, du corps sans vie de Reynaldo de Guzman, un adolescent de 14 ans porté disparu depuis près de trois semaines, le directeur d’Amnesty International pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique, James Gomez, a déclaré : « Combien faudra-t-il de morts de mineurs aux Philippines pour qu’il soit mis fin à cette violence terrible et cruelle ? La famille de Reynaldo de Guzman a dû endurer l’angoisse de sa disparition, puis une douleur indescriptible lorsque son corps a été découvert, criblé de coups de couteau et la tête enveloppée de ruban adhésif. Il ne s’agit pas d’un cas isolé ni d’une erreur, mais du dernier exemple en date d’une série d’exécutions illégales qui ont coûté la vie à plus de 50 mineurs et à des milliers d'autres Philippins.

L'inflation des exécutions en Arabie saoudite se poursuit avec une 100e mise à mort

  2.10.2017   Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes ont encore exécuté un homme le 2 octobre, ce qui porte à 100 le nombre total de condamnés qui ont été mis à mort depuis le début de l'année 2017, avec 60 exécutions recensées au cours des trois derniers mois seulement, a déclaré Amnesty International.

Les États qui procèdent à des exécutions sont une minorité de plus en plus isolée

  10.10.2017

Les États qui maintiennent et appliquent la peine de mort sont de plus en plus isolés et doivent prendre des mesures afin de rejoindre la tendance mondiale, a déclaré Amnesty International le 10 octobre 2017, à l'occasion de la 15e Journée mondiale contre la peine de mort.