Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

225171_bahrain-politics-opposition-justice-demo.jpg

Bahreïn. La dissolution du principal parti d'opposition est une attaque flagrante contre la liberté d'expression et d'association

  Territoires palestiniens, Israël

En réaction à la décision d'un tribunal de Bahreïn le 22 septembre de confirmer la dissolution d'Al Wefaq, principal mouvement d'opposition politique du pays, Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer à Amnesty International, a déclaré :

" La décision de confirmer la dissolution d'Al Wefaq est une attaque flagrante contre la liberté d'expression et d'association, et une tentative éhontée de supprimer toute critique à l'égard du gouvernement à Bahreïn.

" Les autorités bahreïnites n'ont pas présenté de preuves crédibles démontrant qu'Al Wefaq est autre chose qu'un mouvement d'opposition pacifique, qui cherche à amener des réformes dans le pays face à la répression croissante du gouvernement.


" En l'absence d'institutions indépendantes chargées de suivre les actions du gouvernement et d'amener les autorités à rendre des comptes, les mouvements d'opposition pacifique sont essentiels. Faire taire les voix critiques favorise les violations des droits humains et les abus de pouvoir. "

  Related articles

Bahreïn. Depuis un an, le gouvernement réprime durement toute dissidence

  7.9.2017   Bahreïn

Le rapport rendu public par Amnesty International le 7 septembre 2017 dévoile les méthodes répressives utilisées par le gouvernement bahreïnite au cours de l'année écoulée pour écraser la société civile et réprimer avec violence les manifestations, ce qui s'est traduit par la mort de six personnes, dont un enfant.