Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

226785_death_penalty_-_illustration_images_.jpg

Au moins 20 États recourent à la peine de mort dans une lutte inadaptée contre le terrorisme

Certains pays utilisent de plus en plus la peine de mort pour combattre les crimes en relation avec le terrorisme, écrit Amnesty International vendredi 7 octobre dans une nouvelle synthèse en prévision de la Journée mondiale contre la peine de mort.

Au moins 20 pays ont condamné des personnes à mort ou procédé à des exécutions pour des crimes liés au terrorisme l'an dernier (Algérie, Bahreïn, Cameroun, Tchad, Chine, République démocratique du Congo, Égypte, Inde, Iran, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Pakistan, Arabie saoudite, Somalie, Soudan, Tunisie, Émirats arabes unis et États-Unis). Si le recours à la peine capitale pour les faits de ce type est souvent entouré de secret, Amnesty International a constaté une augmentation notable de son utilisation ces dernières années.


" La hausse que nous observons concernant le recours à la peine de mort, réponse inadaptée aux crimes liés au terrorisme, trahit l'entêtement dans l'erreur des autorités : il n'existe en effet pas de preuve que la peine capitale ait un effet plus dissuasif sur la criminalité violente que d'autres châtiments. Elle découle de la faiblesse et de l'opportunisme plutôt que de la force ", a déclaré James Lynch, directeur adjoint du programme Thématiques mondiales à Amnesty International.

" Les attaques violentes contre la population causent d'immenses souffrances aux victimes et familles de victimes, et ne sont jamais justifiables. Les gouvernements doivent enquêter et traduire en justice les responsables présumés. 

Les mises à mort autorisées par l'État ne s'attaquent pas aux racines des attaques violentes. Elles ne font au contraire qu'aggraver l'injustice et la souffrance et alimentent le cycle de la violence, sans rendre justice aux victimes. 

La peine de mort est toujours une violation des droits humains. Plus des deux tiers des pays du monde ont choisi d'abolir ce châtiment en droit ou en pratique. Tous les gouvernements doivent faire de même. "

Amnesty International s'oppose à la peine capitale en toutes circonstances, quels que soient le crime commis, les caractéristiques de la personne concernée et la méthode d'exécution. Il s'agit du châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit.

  Related articles

L'inflation des exécutions en Arabie saoudite se poursuit avec une 100e mise à mort

  2.10.2017   Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes ont encore exécuté un homme le 2 octobre, ce qui porte à 100 le nombre total de condamnés qui ont été mis à mort depuis le début de l'année 2017, avec 60 exécutions recensées au cours des trois derniers mois seulement, a déclaré Amnesty International.

Les États qui procèdent à des exécutions sont une minorité de plus en plus isolée

  10.10.2017

Les États qui maintiennent et appliquent la peine de mort sont de plus en plus isolés et doivent prendre des mesures afin de rejoindre la tendance mondiale, a déclaré Amnesty International le 10 octobre 2017, à l'occasion de la 15e Journée mondiale contre la peine de mort.

Philippines. Les homicides de mineurs se poursuivent sans relâche

  6.9.2017

Réagissant à la découverte, dans la ville de Gapan, du corps sans vie de Reynaldo de Guzman, un adolescent de 14 ans porté disparu depuis près de trois semaines, le directeur d’Amnesty International pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique, James Gomez, a déclaré : « Combien faudra-t-il de morts de mineurs aux Philippines pour qu’il soit mis fin à cette violence terrible et cruelle ? La famille de Reynaldo de Guzman a dû endurer l’angoisse de sa disparition, puis une douleur indescriptible lorsque son corps a été découvert, criblé de coups de couteau et la tête enveloppée de ruban adhésif. Il ne s’agit pas d’un cas isolé ni d’une erreur, mais du dernier exemple en date d’une série d’exécutions illégales qui ont coûté la vie à plus de 50 mineurs et à des milliers d'autres Philippins.