Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

trump_ptt.jpg

États-Unis. Donald Trump et son administration doivent respecter les droits humains

Alors que Donald Trump s'apprête à prêter serment lors de son investiture pour devenir le 45e président des États-Unis, Amnesty International l'exhorte, ainsi que son administration, à protéger les droits fondamentaux aux États-Unis comme à l'étranger.

"En tant que président, Donald Trump doit se départir des discours de haine qui ont émaillé sa campagne et s'engager à protéger les droits humains de chacun ", a déclaré Margaret Huang, directrice d'Amnesty International États-Unis.

Amnesty International demande tout particulièrement à Donald Trump de protéger les personnes touchées par les conflits armés et les crises, et de garantir les protections à l'égard des défenseurs des droits humains.

" Nous nous trouvons face à une crise humanitaire mondiale. Le nombre de personnes qui fuient les violences et les troubles est plus élevé qu'à toute autre période depuis la Seconde Guerre mondiale, a déclaré Margaret Huang. Les États-Unis ont une tradition d'accueil vis-à-vis de ceux qui cherchent refuge ; en effet, c'est un pays qui a largement été fondé et construit par des immigrants et des réfugiés. "

"En outre, les États-Unis doivent s'attacher à protéger et saluer ceux qui défendent les droits humains, dans le pays comme à l'étranger. Les attaques visant les manifestants pacifiques, les prisonniers d'opinion, les journalistes, les dissidents et les minorités ne sauraient être tolérées. Personne ne doit voir sa sécurité mise en péril pour avoir défendu sans violence les droits humains ou avoir contesté des politiques menées ", a déclaré Margaret Huang.

Amnesty International a déjà fait part de ses préoccupations au sujet des propositions de campagne de Donald Trump - notamment établir un registre des musulmans et interdire l'entrée sur le territoire des réfugiés musulmans - et des attaques rhétoriques visant les femmes, les gens de couleur, les personnes souffrant d'un handicap, les personnes LGBTI, les militants, les journalistes et les détracteurs. Par ailleurs, l'organisation demande au président nouvellement élu de rejeter publiquement l'usage de la torture et de fermer le centre de détention de Guantánamo.

" Au président Trump, nous voulons dire : chaque jour de votre mandat, chacune de vos décisions façonnera votre héritage. Vous pouvez choisir de laisser le monde dans un meilleur état, ou de léguer un monde dans lequel la haine, la peur et la discrimination gagnent du terrain. Nous vous exhortons à condamner la haine et à protéger les droits fondamentaux ", a déclaré Margaret Huang.


Amnesty International, qui a reçu le prix Nobel de la paix, est un mouvement mondial réunissant plus de sept millions de personnes qui agissent pour que les droits fondamentaux de chaque individu soient respectés. L'organisation enquête sur les atteintes aux droits humains commises et les dénonce, informe et mobilise l'opinion publique et mène des actions pour protéger les personnes partout où sont niées la justice, la liberté, la vérité et la dignité.

  Related articles

Genève. Alors que le commerce mondial des armes est en plein essor, des États donnent le feu vert à des accords irresponsables et nuisibles

  11.9.2017

Des diplomates se rencontrent à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. Plusieurs pays enfreignent sans doute les obligations du traité en concluant des accords irresponsables. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie comptent parmi les États qui fournissent des armes à des gouvernements responsables d'atteintes aux droits humains.

République démocratique du Congo. Le gouvernement doit tenir sa promesse d’éliminer le travail des enfants dans les mines d'ici 2025

  1.9.2017   Congo

En réaction à l'engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d'éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d'ici 2025, Seema Joshi, responsable de l'équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré : « Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l'éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S'il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.