Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

dt.common.streams.streamserver.jpg

Honduras. Les failles en matière de justice qui entourent le meurtre de Berta Cáceres envoient un avertissement aux militants

L'absence criante d'enquête sérieuse visant à retrouver les commanditaires de l'assassinat de la militante écologiste hondurienne Berta Cáceres envoie un message terrifiant aux centaines de personnes qui osent s'élever contre les puissants, a déclaré Amnesty International à l'occasion du premier anniversaire de cet assassinat le 2 mars.

" Le meurtre tragique de Berta Cáceres illustre la situation affligeante des droits humains au Honduras. Le message est clair : si votre travail en faveur des droits humains dérange le pouvoir, vous serez tué, " a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d'Amnesty International.

" L'enquête sur le meurtre de Berta Cáceres s'est avérée outrageusement mauvaise et n'est jusqu'à présent pas parvenue à identifier les commanditaires de son assassinat. Associée à l'absence d'un mécanisme efficace de protection des témoins et des autres défenseurs des droits humains, cela démontre le manque total d'intérêt des autorités honduriennes à rendre justice. 

" Chaque jour qui passe sans que justice ne soit rendue pousse un peu plus les militants écologistes honduriens vers une fin tragique. Ne pas les protéger, c'est ne pas protéger les ressources naturelles dont tout le monde dépend pour survivre. "

Berta Cáceres, dirigeante et cofondatrice du Conseil civique d'organisations indigènes et populaires du Honduras (COPINH), a été abattue le 2 mars 2016 à son domicile, dans la ville de La Esperanza (province d'Intibucá, dans l'ouest du Honduras). Elle a fait campagne pendant plusieurs années contre la construction du barrage d'Agua Zarca à cause de la menace qu'il représente pour le peuple indigène lenca. Depuis son meurtre brutal, d'autres militants écologistes et de défense des droits humains honduriens, notamment d'autres membres de la COPINH, ont été harcelés et menacés.

Pour en savoir plus :

L'unique témoin du meurtre de Berta Cáceres déclare : " Il était évident qu'elle allait être tuée " (Article, 6 mai 2016) 

Berta Cáceres : 'Defending human rights in Honduras is a crime' (Article, 22 novembre 2013) 

Le Honduras devient une " zone interdite " pour les défenseurs de l'environnement après le meurtre de militants (Nouvelle, 19 octobre 2016) 

Honduras et Guatemala. Multiplication des attaques dans les pays les plus dangereux au monde pour les défenseurs de l'environnement (Nouvelle, 1er septembre 2016) 

  Related articles

L'inflation des exécutions en Arabie saoudite se poursuit avec une 100e mise à mort

  2.10.2017   Arabie Saoudite

Les autorités saoudiennes ont encore exécuté un homme le 2 octobre, ce qui porte à 100 le nombre total de condamnés qui ont été mis à mort depuis le début de l'année 2017, avec 60 exécutions recensées au cours des trois derniers mois seulement, a déclaré Amnesty International.

Catalogne. Amnesty International dénonce un recours excessif à la force lors du référendum du 1er octobre

  2.10.2017   Espagne

Des observateurs d'Amnesty International confirment que des équipements antiémeutes ont été utilisés de manière dangereuse et inappropriée et que des personnes sans défense et n'opposant aucune résistance ont été frappées. L'organisation demande l'ouverture dans les plus brefs délais d'une enquête approfondie et impartiale sur ces événements.

Thaïlande. L’intransigeance des autorités en ce qui concerne les réfugiés met des milliers de personnes en danger

  28.9.2017   Thaïlande , Myanmar [Birmanie]

Les autorités ne doivent pas renvoyer de force les Rohingyas qui fuient les violences au Myanmar. Des réfugiés sont renvoyés vers des pays où ils sont persécutés. La Thaïlande doit offrir aux réfugiés un statut juridique officiel et une protection.

La face cachée des voitures électriques : l'exploitation par le travail

  28.9.2017   Congo , Royaume-Uni

Le gouvernement écossais a récemment annoncé son intention d'éliminer, d'ici 2032, les véhicules essence et diesel. D'ici 2040, les seules voitures qui circuleront sur les routes du Royaume-Uni seront également électriques, et les bornes de recharge auront remplacé les stations d'essence. Aux États-Unis, Elon Musk a annoncé le lancement de sa Tesla Model 3, dont il espère bien faire la première voiture électrique grand public du monde.