Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

70f6cb14d129c97ef4ba61264f0cfbd2564a2773.jpg

Jordanie. Le président soudanais Omar el Béchir doit être arrêté et remis à la CPI

  Territoires palestiniens, Israël

La Jordanie doit arrêter immédiatement le président soudanais Omar el Béchir et le remettre à la Cour pénale internationale (CPI) pour qu'il réponde des accusations de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, a déclaré Amnesty International le 29 mars alors que le président soudanais arrivait à Amman pour le sommet de la Ligue arabe.

"En tant que signataire du Statut de Rome, qui a établi la CPI, la Jordanie est tenue d'arrêter Omar el Béchir et de le remettre à la Cour, a déclaré Lynn Maalouf, directrice adjointe pour la recherche au bureau régional d'Amnesty International à Beyrouth.

"Le fait de ne pas l'arrêter constituerait une grave violation du traité et une trahison à l'égard des centaines de milliers de victimes du génocide, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis au Darfour. La communauté internationale ne doit pas permettre cela."

La CPI, basée à La Haye, a émis deux mandats d'arrêt contre le président Omar el Béchir, car il y a des motifs raisonnables de penser qu'outre des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité incluant des meurtres, une extermination et des viols, il est aussi responsable d'un génocide contre les ethnies four, massalit et zaghawa.

Amnesty International a écrit en janvier au ministre jordanien des Affaires étrangères pour lui rappeler officiellement que le gouvernement jordanien est absolument tenu d'arrêter Omar el Béchir.

  Related articles

Bosnie-Herzégovine. Dernière chance de justice pour plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre

  12.9.2017   Bosnie Herzégovine

Un quart de siècle après le début du conflit, plus de 20 000 victimes de violences sexuelles pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine n'ont toujours pas obtenu justice, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.