Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

5b9a270c-cf84-4cda-bc70-9c77f478d0f1.jpeg

© Des manifestants protestant contre le président Nicolas Madura sont bloqués par la police nationale en face du Conseil national électoral à San Cristobal. © GEORGE CASTELLANOS/AFP/Getty Images.

Venezuela. L’engrenage sans fin de la violence et de la répression menace la vie des habitants du pays

 

L’engrenage sans fin de la violence et de la répression pendant les manifestations au Venezuela plonge le pays dans une crise dont il sera difficile de sortir, menaçant la vie et la sécurité des habitants du pays, a déclaré Amnesty International, à la suite d’informations faisant état d'au moins deux morts et de plusieurs personnes blessées et arrêtées pendant les manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays le mercredi 19 avril.

Les autorités vénézuéliennes ont confirmé que Paola Ramírez, 23 ans, et Carlos Moreno, 17 ans, avaient été tués par balle, respectivement à San Cristóbal (État de Táchira) et à Caracas.

« Descendre dans la rue lorsque des manifestations ont lieu au Venezuela ne devrait pas être un arrêt de mort », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International. 

« La combinaison tragique de la violence croissante, de la répression incontrôlée et de l’absence d’action des autorités pour garantir la liberté d'expression et la justice est un cocktail toxique qui ne fait que perpétuer la violence ».

« Les autorités vénézuéliennes doivent garantir immédiatement le droit de la population de descendre dans la rue pour exprimer des opinions pacifiquement, et enquêter de toute urgence sur toutes les informations faisant état d’atteintes aux libertés fondamentales commises pendant les manifestations ».

La veille des manifestations du mercredi 19 avril, le gouvernement a activé le « plan Zamora », un mécanisme de sécurité permettant de déployer des civils aux côtés de la police et de l’armée pour « préserver l'ordre public ».

« Le "plan Zamora" appelle les civils à recourir à la force de manière illégitime. De toute évidence, cela mène droit au désastre. Cela est particulièrement préoccupant, compte tenu des nombreuses informations faisant état de violences commises par des groupes civils armés », a déclaré Erika Guevara-Rosas.

Pour en savoir plus 

Venezuela. Le recours excessif à la force contre des manifestants aggrave la crise humanitaire (Nouvelle, 7 avril 2017)

Venezuela. Les détentions se multiplient sur fond de « chasse aux sorcières » contre les opposants (Nouvelle, 13 janvier 2017)

  Related articles

Genève. Alors que le commerce mondial des armes est en plein essor, des États donnent le feu vert à des accords irresponsables et nuisibles

  11.9.2017

Des diplomates se rencontrent à Genève pour débattre du Traité historique sur le commerce des armes. Plusieurs pays enfreignent sans doute les obligations du traité en concluant des accords irresponsables. Le Royaume-Uni, la France et l'Italie comptent parmi les États qui fournissent des armes à des gouvernements responsables d'atteintes aux droits humains.

République démocratique du Congo. Le gouvernement doit tenir sa promesse d’éliminer le travail des enfants dans les mines d'ici 2025

  1.9.2017   Congo

En réaction à l'engagement souscrit cette semaine par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d'éliminer le travail des enfants dans le secteur minier d'ici 2025, Seema Joshi, responsable de l'équipe Entreprises et droits humains à Amnesty International, a déclaré : « Cet engagement pourrait marquer une étape importante sur le chemin vers l'éradication du fléau que représente le travail des enfants dans les mines en RDC. Certains n’ont que sept ans. S'il est mis en œuvre, cela veut dire que les futures générations ne passeront pas leur enfance à extraire des minerais pour nos smartphones et nos voitures électriques, dans des conditions obscures, sales et dangereuses.