Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

peter_greste.jpg

Turquie. Le secrétaire d’État américain doit appeler à la libération de plus de 120 journalistes emprisonnés

À l'occasion de la visite aujourd'hui, jeudi 30 mars, du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson en Turquie, où il doit rencontrer le président Erdoğan et d'autres responsables à Ankara, Gauri van Gulik, directrice adjointe du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International, a déclaré :

" Pendant sa visite, le secrétaire d'État Rex Tillerson ne saurait fermer les yeux sur le fait que la Turquie est le pays qui emprisonne le plus de journalistes au monde. Il ne doit pas non plus faire l'impasse sur le sort des fonctionnaires licenciés après la tentative de coup d'état, soit plus de 100 000 personnes, ni des quelque 500 000 personnes déplacées sur fond d'opérations militaires et de couvre-feux dans le sud-est du pays. "

Il doit exhorter le Président Erdoğan à libérer les journalistes détenus dans l'attente de leur procès et demander qu'il soit mis fin aux mesures répressives visant actuellement les personnes perçues comme critiques à l'égard du gouvernement. S'il s'en abstient, il n'enverra pas le message qui s'impose quant à la nécessité de respecter les droits humains, et ce sera une occasion manquée de rappeler aux autorités turques que le journalisme n'est pas un crime. "

En Turquie, plus de 120 journalistes ont été incarcérés dans l'attente de leur procès après la tentative de coup d'État de juillet 2016, qui a été suivie d'une vaste campagne de répression des autorités. Parallèlement, plus de 160 organes de presse ont été fermés.

Amnesty International et d'autres ONG ont récemment lancé une campagne conjointe appelant les journalistes du monde entier à joindre leur voix à l'appel lancé en faveur de la libération des journalistes détenus en Turquie. La campagne #FreeTurkeyMedia a déjà obtenu le soutien de journalistes de premier plan, dont Peter Greste. Le temps fort de la campagne aura lieu le 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse.

Pour en savoir plus sur la campagne d'Amnesty International : https://www.amnesty.org/fr/latest/campaigns/2017/02/free-turkey-media/

  Related articles

Soudan. Libération de Mudawi Ibrahim Adam, incarcéré à tort pendant huit mois

  30.8.2017   Soudan

En réaction à la libération du défenseur soudanais des droits humains Mudawi Ibrahim Adam et à l’abandon de toutes les charges qui pesaient sur lui, Sarah Jackson, directrice adjointe du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré : « Cet horrible chapitre est désormais clos, et c’est un grand soulagement. Mudawi Ibrahim Adam, qui était un prisonnier d’opinion, est de nouveau libre et a retrouvé sa famille.

Yémen. L'ONU minimise les crimes commis envers des enfants par la coalition que dirige l'Arabie saoudite

  6.10.2017   Yémen , Arabie Saoudite

La communauté internationale a une nouvelle fois cédé à la pression politique et minimise la souffrance de centaines d'enfants yéménites en modérant ses critiques vis-à-vis des graves violations du droit international perpétrées par la coalition que dirige l'Arabie saoudite, dans le rapport annuel du secrétaire général de l'ONU sur les enfants et les conflits armés (CAAC), a déclaré Amnesty International.

Thaïlande. L’intransigeance des autorités en ce qui concerne les réfugiés met des milliers de personnes en danger

  28.9.2017   Thaïlande , Myanmar [Birmanie]

Les autorités ne doivent pas renvoyer de force les Rohingyas qui fuient les violences au Myanmar. Des réfugiés sont renvoyés vers des pays où ils sont persécutés. La Thaïlande doit offrir aux réfugiés un statut juridique officiel et une protection.

Les réfugiés rohingyas ne doivent pas être renvoyés de force dans leur pays

  4.10.2017   Myanmar [Birmanie] , Bangladesh

La communauté internationale doit contribuer à ce qu'aucun réfugié rohingya ne soit renvoyé de force au Myanmar tant que ces réfugiés risquent d'y subir de graves violations des droits humains en raison de la campagne de nettoyage ethnique menée par l'armée, a déclaré Amnesty International le 4 octobre.