Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

img_9962_-_copie.jpg

Amnesty International et Médecins Sans Frontières dénoncent les traitements inhumains et dégradants subis par les migrants depuis la fermeture de la route des Balkans

  Luxembourg

La  fermeture  de  la  route  des  Balkans  début  mars  2016  et  la  mise  en  œuvre  de  l’accord  UE-Turquie,  le  même  mois,  a  entraîné  une hausse stupéfiante de la violence commise par les forces de sécurité aux frontières à l’encontre des  migrants  qui  continuent  leur  périple  vers  le  nord  à  travers  les  Balkans. Ceux-ci sont contraints de vivre dans des conditions indignes ; loin d’être protégés, ils subissent de plein fouet l’application de mesures qui violent de manière flagrante le droit international et européen.


En mars 2016, l’accord EU-Turquie est approuvé lors d’un Conseil européen par les États européens, dont le Luxembourg. Il visait  principalement  à  faire  cesser  la  traversée  de  réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants de la Turquie vers la Grèce. Si le seul indicateur de réussite est la baisse du nombre d’arrivées en Europe via la Turquie, l’accord est bel et bien une réussite. Toutefois, tout accord ou mesure visant à endiguer les arrivées de demandeurs d’asile, quelles que soient les conséquences, constitue déjà une violation des droits d’asile et de non-refoulement. 

Un an après sa mise en œuvre, les dirigeants européens continuent pourtant régulièrement à saluer ses «résultats positifs», ses «progrès constants». Ce que les responsables de l’UE oublient de mentionner et refusent de reconnaître, ce sont les conséquences dévastatrices de cet accord sur les vies et la santé de milliers de réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants bloqués sur les îles grecques et dans les Balkans. De plus, dans la réalité, malgré les murs de barbelés, aucune frontière n’est complètement hermétique : si le flux de migrants a baissé considérablement, il ne s’est jamais endigué ; leurs routes se sont fragmentées et leurs voyages sont de plus en plus dangereux.

La Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés et la directive du Parlement européen et du Conseil (article 8, 2013/33 / UE) établissant des normes pour l’accueil des personnes demandant la protection internationale stipulent des conditions et des normes minimales pour l'accueil des migrants / réfugiés. « Ce dont nous sommes témoins sur le terrain, c'est que les conditions les plus élémentaires d'hébergement, d'eau potable et d'assainissement ne sont pas offertes. Les personnes vulnérables vivent dans des conditions indignes et inhumaines, y compris les enfants et les mineurs non accompagnés », explique le Dr Rony Zachariah, responsable de l’unité de recherche opérationnelle LuxOR.

« Ce ne sont pas les moyens qui manquent, mais la volonté politique de respecter les lois mêmes que nous avons approuvées en Europe », poursuit le Dr Rony Zachariah.

Les conditions indignes et inhumaines d’accueil se sont par ailleurs accompagnées d’une hausse importante des violences à l’égard des migrants, particulièrement à la frontière serbo-hongroise. Après avoir construit la plus longue clôture de barbelés en Europe, la Hongrie a légalisé les renvois et refusé le droit de demander asile à plus de 19 000 personnes rien qu’au cours des six derniers mois de 2016.

À partir de la mi-décembre 2016, la clinique de MSF à Belgrade a observé une augmentation du nombre de blessures volontaires, particulièrement chez les personnes revenant de la frontière hongroise  après  avoir  essayé  de  la  traverser,  sans  succès. En février de cette année, la situation s’est tellement dégradée que les équipes médicales de MSF ont été contraintes de  transférer certains patients à l’hôpital du fait de blessures trop graves.

De mars  2016  à  février  2017,  MSF a  soigné 106 personnes souffrant de blessures qui, selon leurs dires, auraient été commises par les patrouilles frontalières hongroises. Parmi elles, 54 blessures par coups de poing ou de pied, 24 morsures de chien, 15 cas d’irritation  découlant  de  l’usage  de  gaz  lacrymogène  et de gaz poivré et 35 autres cas de blessures graves. Sur  les  106  patients,  22  étaient  des  mineurs  non  accompagnés. L’ensemble de ces cas présentaient les mêmes symptômes de mauvais traitements, tels que des actes  d’humiliation, des passages à tabac et des attaques de chien.

« Un an après la fermeture officielle de la route des Balkans, les migrants sont exposés à des risques toujours plus grands, contraints de subir des traitements inhumains. Les droits humains fondamentaux ne sont clairement plus respectés au cœur même de l’Europe», explique Jovana  Arsenijević.

Les violences rapportées par MSF s’inscrivent dans un contexte qui voit la Hongrie bafouer systématiquement les droits des réfugiés et des migrants, et ce malgré les critiques internationales croissantes. Ainsi, le 7 mars dernier, le gouvernement hongrois a adopté une série de modifications de la loi qui autorisent désormais la détention systématique des demandeurs d’asile (y compris les enfants et les personnes vulnérables) pendant l’examen de leur dossier, ainsi que l’expulsion des personnes en situation irrégulière.

« Ces modifications de la loi violent gravement les obligations internationales et européennes de la Hongrie, d’autant plus qu’elles frappent également les enfants », a déclaré Júlia Iván, directrice de Amnesty International Hongrie. « Elles sont d’autant plus inacceptables qu’elles concernent des personnes qui fuient souvent la guerre et sont donc parmi les plus vulnérables au monde ». 

« C’est pourquoi nous appelons le Luxembourg et l’Union européenne à agir contre ces violations graves des droits humains », a ajouté Stan Brabant, directeur d’Amnesty International Luxembourg. « Nous appelons également les autres Etats membres à ne pas renvoyer les demandeurs d’asile en Hongrie en vertu du règlement de Dublin car les conditions de détention dans les zones de transit y sont inhumaines et violent le droit européen ».

  Related articles

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.

L'ANASE doit se mobiliser afin de faire face à la crise des Rohingyas

  6.10.2017   Myanmar [Birmanie]

Les dirigeants de l'Asie du Sud-Est doivent prendre de toute urgence des mesures afin de remédier aux graves violations des droits humains dont sont victimes les Rohingyas au Myanmar, écrit Amnesty International dans une lettre adressée au président de l'Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE).

Myanmar. Les restrictions imposées à l'aide internationale mettent en péril la vie de milliers de personnes

  4.9.2017   Myanmar [Birmanie]

Les restrictions imposées par les autorités du Myanmar à l'aide internationale dans l'État d'Arakan mettent en péril la vie de dizaines de milliers de personnes, dans une région où la population majoritairement rohingya subit déjà de terribles atteintes aux droits humains dans le cadre d'une campagne militaire disproportionnée, a déclaré Amnesty International le 4 septembre 2017.

Nouvelles explosions de mines terrestres : les Rohingyas sont délibérément pris pour cibles

  10.9.2017   Myanmar [Birmanie]

Deux explosions de mines terrestres le 10 septembre, dont une a emporté la jambe d'un jeune homme, portent à trois le nombre de sites recensés où les autorités du Myanmar ont posé des mines aux passages frontaliers qu'empruntent les Rohingyas fuyant les violences, a déclaré Amnesty International.