Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

photo_turquie_site.jpg

Le président d'Amnesty International Turquie victime de la purge consécutive au coup d'État manqué

Réagissant aux informations signalant que Taner Kiliç, le président d'Amnesty International Turquie, a été arrêté le 6 juin par la police en même temps que 22 autres avocats à Izmir parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir des liens avec le mouvement de Fethullah Gülen, Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International, a déclaré :

« Le fait que le président d'Amnesty International Turquie a été pris dans les rets de la purge consécutive au coup d'État manqué prouve une fois de plus l'ampleur et le caractère arbitraire de cette répression. Taner Kiliç défend depuis longtemps les types de libertés mêmes que les autorités turques sont actuellement en train de bafouer.

« Du fait de l'absence de preuves crédibles et recevables de leur implication dans des infractions reconnues au niveau international, nous demandons aux autorités turques de relâcher immédiatement Taner Kiliç et les 22 autres avocats, et d'abandonner toutes les charges retenues contre eux. »

Complément d’information

Taner Kiliç a fait partie du bureau exécutif d'Amnesty International Turquie a plusieurs reprises depuis 2002, et il en est le président depuis 2014. Au cours des décennies qu'il a passées à travailler pour des organisations de défense des droits humains en Turquie, il a toujours fait preuve d'un engagement sans équivoque en faveur de la défense de ces droits.

Taner Kiliç a été arrêté à son domicile à Izmir à 6 h 30 le 6 juin, puis emmené à son bureau. Son domicile et son bureau ont été fouillés. Il est actuellement détenu par la police dans le quartier de Yeşilyurt à Izmir.

Pour l'heure, le placement en détention de Taner Kiliç ne semble pas lié à son travail au sein d'Amnesty International, ni viser de façon spécifique Amnesty International. L'ordonnance de placement en détention se rapporte à une enquête visant des membres présumés de l'« organisation terroriste de Fethullah Gülen ». On ignore actuellement pourquoi Taner Kiliç est soupçonné d'avoir des liens avec cette organisation.

  Related articles

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Union européenne. L’arrêt de la Cour de justice montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités en matière de réfugiés

  6.9.2017   UE , Slovaquie

En réaction au rejet par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la requête de la Hongrie et de la Slovaquie, qui demandaient à être exemptées du programme mis en place par l'Union européenne (UE) de relocalisation de réfugiés depuis la Grèce et l'Italie vers d’autres pays, Iverna McGowan, directrice du Bureau européen d'Amnesty International, a déclaré : « L’arrêt rendu aujourd’hui montre qu’aucun pays ne peut fuir ses responsabilités envers les réfugiés. La Slovaquie et la Hongrie ont tenté d’esquiver le système européen de solidarité, mais chaque pays a un rôle à jouer pour protéger les personnes qui fuient la violence et la persécution.