Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

idil_and_hrds_montage_for_twitter.jpg

Turquie. Des militants du monde entier réclament la libération de la directrice et du président d'Amnesty International Turquie

Des militants de plus de 30 pays participeront aux manifestations devant les ambassades de Turquie le 10 juillet pour réclamer la libération du président et de la directrice d'Amnesty International Turquie, ainsi que d'autres éminents défenseurs des droits humains placés derrière les barreaux dans le cadre d'une répression qui ne cesse de se durcir.

Ces manifestations sont organisées alors que cela fait un mois que le président de l'organisation, Taner Kiliç, a été placé en détention provisoire pour des accusations sans fondement, et cinq jours que la directrice, Idil Eser, et sept éminents défenseurs des droits humains ont été arrêtés. Ils font tous l'objet d'enquêtes pénales, au motif absurde qu'ils sont soupçonnés d'être membres d'une « organisation terroriste armée ».

« À l'approche du premier anniversaire de l'état d'urgence en Turquie, ces affaires montrent à quel point la répression consécutive au coup d'État visant l'opposition réelle ou présumée a pris une tournure arbitraire et intense. Chaque jour, notre demande en faveur de la libération immédiate et inconditionnelle de nos collègues monte en puissance et nous continuerons de nous faire entendre, a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.

« Nous ne resterons pas inactifs alors que des défenseurs respectés des droits humains sont jetés en prison pour des motifs fallacieux, dans le cadre d'une manœuvre clairement nuisible visant à intimider les voix critiques en Turquie qui refusent de se taire. Tant qu'ils seront maintenus derrière les barreaux, nous défilerons pour eux. Tant qu'ils seront bâillonnés, nous parlerons en leur nom. »

Idil Eser, sept éminents défenseurs des droits humains et deux formateurs ont été arrêtés alors qu'ils participaient à un atelier de formation. Pendant plus de 28 heures, les autorités ont refusé de révéler où ils se trouvaient et les ont privés du droit d'appeler leurs proches. Leur détention initialement approuvée pour sept jours pourrait être prolongée pendant sept jours supplémentaires sans qu'ils ne soient présentés devant un tribunal.

Taner Kiliç a été arrêté le 6 juin. Trois jours plus tard, il était inculpé d'« appartenance à l'organisation terroriste de Fethullah Gülen » et placé en détention provisoire. Selon les autorités, l'élément qui lierait Taner Kiliç au mouvement de Fethullah Gülen est la présence de Bylock – application de messagerie mobile cryptée qui, selon les autorités, était utilisée par les membres de l’« organisation terroriste Fethullahiste » – sur son téléphone en août 2014.

Aucune preuve n'a été fournie pour étayer cette affirmation, et Taner Kiliç nie avoir jamais téléchargé ou utilisé Bylock, ni même en avoir entendu parler, avant que l'utilisation présumée de cette application ne soit largement relayée dans les médias en lien avec les récentes arrestations et inculpations.

« Depuis un mois, mon époux est emprisonné illégalement et injustement. Nous sommes dévastés, a déclaré Hatice Kiliç, l'épouse de Taner Kiliç.

« Je tiens à remercier tous ceux qui nous soutiennent durant cette épreuve, au nom de mon époux et de ma famille. Et j'espère que cette mobilisation va se poursuivre jusqu'à ce que Taner sorte de prison. »

Complément d’information

Outre Idil Eser, les sept défenseurs des droits humains placés en détention sont : İlknur Üstün, de Women's Coalition ; Günal Kurşun, avocat à Human Rights Agenda Association ; Nalan Erkem, avocate à Citizens' Assembly ; Nejat Taştan, d’Equal Rights Watch Association ; Özlem Dalkıran, de Citizens' Assembly ; Şeyhmuz Özbekli, avocate ; et Veli Acu, de Human Rights Agenda Association.

Taner Kiliç a fait partie du bureau exécutif d'Amnesty International Turquie à plusieurs reprises depuis 2002, et il en est le président depuis 2014. Au cours des décennies qu’il a passées à travailler pour des organisations de défense des droits humains en Turquie, il a toujours fait preuve d’un engagement sans équivoque en faveur de la défense de ces droits.

  Related articles

Soudan. Libération de Mudawi Ibrahim Adam, incarcéré à tort pendant huit mois

  30.8.2017   Soudan

En réaction à la libération du défenseur soudanais des droits humains Mudawi Ibrahim Adam et à l’abandon de toutes les charges qui pesaient sur lui, Sarah Jackson, directrice adjointe du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré : « Cet horrible chapitre est désormais clos, et c’est un grand soulagement. Mudawi Ibrahim Adam, qui était un prisonnier d’opinion, est de nouveau libre et a retrouvé sa famille.

Myanmar. La réaction officielle des autorités face à la crise dans l'État d'Arakan est « inadmissible »

  7.9.2017   Myanmar [Birmanie]

La déclaration du bureau de la dirigeante du pays, Aung San Suu Ky, selon laquelle le gouvernement défend toutes les personnes dans l'État d'Arakan « de la meilleure manière possible » est inadmissible, a déclaré Amnesty International le 6 septembre 2017.

Mobiliser la puissance de l'empathie des citoyens en vue d’accueillir des réfugiés

  30.8.2017   UE , Canada

Il y a deux ans, l'image d'un petit garçon en T-shirt rouge, le visage enfoui dans le sable d'une plage de Méditerranée, amenait dans chaque foyer toute l'horreur de la crise humanitaire qui endeuille les côtes européennes. Alan Kurdi, originaire de la ville syrienne de Kobané, n'avait que trois ans lorsqu'avec sa mère et son frère aîné, ils se sont noyés en tentant la dangereuse traversée de la Turquie à la Grèce. Si la crise n'était pas un scoop, il a semblé l’espace d’un instant que l’indignation du monde allait inciter ses dirigeants à agir.

Un militant des droits humains arrêté par les forces de sécurité palestiniennes pour des commentaires postés sur Facebook

  4.9.2017   Territoires palestiniens , Israël

L'arrestation le 4 septembre d'un défenseur palestinien des droits humains qui a critiqué les autorités palestiniennes sur Facebook est une atteinte à la liberté d'expression, a déclaré Amnesty International.