Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

conference-de-presse-icm-conseil-international.jpg

© Conférence de presse

Le Conseil international d'Amnesty International adopte quatre décisions sur proposition de la section luxembourgeoise

  Luxembourg

Quatre résolutions déposées par la section luxembourgeoise d’Amnesty International viennent d’être adoptées par le Conseil international (CI) du mouvement. Le CI, instance suprême d’Amnesty International, vient en effet d'adopter des décisions fondamentales. Elles concernent les banques et l’armement, les droits des personnes handicapées, le rôle des sections et le caractère démocratique de ces instances.

LES BANQUES ET L’ARMEMENT

Le CI d’Amnesty International a décidé de travailler sur une stratégie afin d’obtenir l’interdiction des activités financières liées aux armes interdites et aux armes légales utilisées pour commettre des violations des droits humains. Cette décision essentielle vient un an et demi après la sortie du rapport Banks, arms and human rights violations (rédigé par la section luxembourgeoise), et cinq années après la création du groupe « business et droits humains » par un petit groupe de membres et bénévoles d’Amnesty International Luxembourg.

PROTÉGER LES DROITS DES PERSONNES VIVANT EN SITUATION DE HANDICAP

Le CI a décidé d’élaborer une politique cohérente destinée à protéger les droits fondamentaux des personnes handicapées. Amnesty International va notamment développer un projet de recherche et de campagne sur le non-respect des droits des personnes handicapées dans un groupe de pays choisis. L’organisation mènera également un travail collaboratif avec des groupes spécialisés dans la défense des droits de ces personnes. Cette résolution avait été préparée par un ancien président de la section luxembourgeoise.

IMPORTANCE DES SECTIONS, RENFORCEMENT DE LA DEMOCRATIE INTERNE ET UNE VOIX PAR SECTION

Alors que nous traversons une période de crise sans précédent pour les droits humains, le CI a décidé de renforcer le rôle de ses sections. Cette décision part du constat que la colonne vertébrale d’Amnesty International repose sur ses sections partout dans le monde, et sur l’ancrage que celles-ci ont dans chacune de leur société. Cette résolution avait été préparée par la section luxembourgeoise et était présentée conjointement par 12 sections. Toujours sur proposition de la section luxembourgeoise, le CI a modifié ses règles internes afin de renforcer le caractère démocratique de son fonctionnement et de ses décisions. Dans la foulée, le CI a également décidé que toutes les sections auront désormais une voix égale au niveau de sa gouvernance mondiale, et ce quelle que soit leur taille.

Le 33ieme Conseil international d’Amnesty International avait lieu du 11 à 15 aout à Rome.

La section luxembourgeoise était représentée par son président (David Pereira), son directeur (Stan Brabant), sa secrétaire générale (Germaine Brabants), ainsi que par une membre de son conseil d’administration (Sandrine Gashonga).