Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres... OK

Issa Amro

Un militant des droits humains arrêté par les forces de sécurité palestiniennes pour des commentaires postés sur Facebook

  Territoires palestiniens, Israël

L'arrestation le 4 septembre d'un défenseur palestinien des droits humains qui a critiqué les autorités palestiniennes sur Facebook est une atteinte à la liberté d'expression, a déclaré Amnesty International.

Installé à Hébron, Issa Amro, coordinateur de Youth Against Settlements (La jeunesse contre les colonies) et ancien chercheur sur le terrain pour l'ONG israélienne B'Tselem (Centre d'information israélien pour les droits humains dans les territoires occupés), a été interpellé vers midi heure locale par les forces palestiniennes de sécurité préventive, après avoir posté des commentaires sur sa page Facebook critiquant l'arrestation d'un journaliste d'une radio locale le 3 septembre par les mêmes forces de sécurité.

 

« Il est scandaleux qu'un éminent défenseur des droits humains soit arrêté simplement pour avoir exprimé son opinion en ligne. Critiquer les autorités n'est pas une infraction pénale. L'arrestation d'Issa Amro est le dernier épisode prouvant que les autorités palestiniennes sont déterminées à resserrer l’étau autour de la liberté de parole, a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

 

« Nous assistons à un durcissement inquiétant de la répression des autorités palestiniennes contre la liberté d'expression ces derniers mois. Au lieu d'intensifier leurs efforts pour écraser les voix dissidentes, elles doivent libérer Issa Amro immédiatement et sans condition et cesser de harceler et d'intimider les militants et les personnes qui osent s'exprimer librement. »

 

Amnesty International a récemment mis en avant la dangereuse escalade des attaques contre la liberté d'expression et la liberté des médias, imputables à la fois à l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et à l'administration de facto du Hamas à Gaza, qui ont arrêté plusieurs journalistes et fermé  des sites Web de l’opposition.

 

  Related articles

Cambodge. La fermeture d'un quotidien témoigne du durcissement de la répression

  4.9.2017   Cambodge

Les autorités cambodgiennes ont fermé le 4 septembre le plus ancien quotidien de langue anglaise du pays, ce qui témoigne d'un durcissement inquiétant de la répression visant les détracteurs du gouvernement en cette période pré-électorale, a déclaré Amnesty International. La veille de la fermeture, Kem Sokha, leader de l'opposition, a été arrêté pour des accusations mensongères.

Iran. Mobilisation pour stopper la destruction de la fosse commune des victimes du massacre de prisonniers en 1988

  4.9.2017   Iran

Les autorités iraniennes doivent mettre un terme à la destruction d'une fosse commune dans la ville d'Ahvaz, dans le sud du pays, a déclaré Amnesty International le 4 septembre. L’organisation lance une campagne afin de leur demander de protéger le site, où sont enterrés des dizaines de prisonniers tués lors d'une vague d'exécutions extrajudiciaires en août et septembre 1988.

Bahreïn. Depuis un an, le gouvernement réprime durement toute dissidence

  7.9.2017   Bahreïn

Le rapport rendu public par Amnesty International le 7 septembre 2017 dévoile les méthodes répressives utilisées par le gouvernement bahreïnite au cours de l'année écoulée pour écraser la société civile et réprimer avec violence les manifestations, ce qui s'est traduit par la mort de six personnes, dont un enfant.

Les États qui procèdent à des exécutions sont une minorité de plus en plus isolée

  10.10.2017

Les États qui maintiennent et appliquent la peine de mort sont de plus en plus isolés et doivent prendre des mesures afin de rejoindre la tendance mondiale, a déclaré Amnesty International le 10 octobre 2017, à l'occasion de la 15e Journée mondiale contre la peine de mort.